DEGENERESCENCE MACULAIRE

 

TEMOIGNAGE

 

Retrouver des habitudes bénéfiques amènent amélioration de la vue (myopie, hypermétropie, astigmatisme et presbytie) et meilleure santé des yeux, quelque soit la pathologie : cataracte, décollement de rétine, décollement de vitré, glaucome, kératocône, kératite, blépharite, rétinite pigmentaire, DMLA, ...

 

Rolande, dans son enthousiasme de guérison et son désir d'aider les autres, raconte longuement l'histoire de ses yeux et de sa vue, de sa dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) et de son amélioration.
N'hésitez pas à lui téléphoner. Voici son témoignage.
Merci à toi.

 

*  *  *  *

 

DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L'AGE (DMLA)

 Rolande DUC –  06 17 77 61 72

22 août 2014

 

En 2008, mon œil gauche s'est trouvé atteint de dégénérescence maculaire (DMLA).

 

Lorsqu'en janvier 2014, de grandes tâches roses sont apparues sur le dos de mon chien blanc et de belles pierres vertes fluo jonchaient les Rives du Cher, j'ai compris que ma vue me jouait des tours. Les jours suivants, progressivement, les barreaux de mon balcon  étaient comme grignotés par des bulles noires. Dans les jours qui suivirent, une tache brune s'est installée, me dissimulant le haut du visage des personnes que je croisais. … Pas de doute, mon œil droit était atteint aussi par la  DMLA. Une angiographie et un OCT révélèrent même qu'une hémorragie était présente derrière la rétine.

 

En proie à une grande inquiétude, j'ai eu l'idée de téléphoner à Sonia Djaoui, personne de confiance, que je croisais ici et là, et dont on m'avait vaguement dit: "elle s'occupe des yeux".  Elle m'expliqua que, effectivement, les activités de la Méthode Bates, pourraient améliorer la santé de mes yeux. Le premier rendez-vous fut pris pour le 5 février 2014.


Dans ma détresse, les activités très simples qu'elle m'a enseignées ne m'ont pas spontanément convaincues. Ce qu'elle a dû sentir car, très gentiment, elle m'a invitée à venir participer à l'atelier mensuel "détente des yeux" et à venir en rendez-vous individuel chaque semaine pour m'accompagner dans ma pratique.


Dans le même temps, je me rendais aux consultations programmées par mon ophtalmologiste qui m'expliqua que la "solution idéale" serait des injections dans l'œil (3 à raison d'une par mois). J'en tremble encore ! Non pas que je sois douillette, mais mon œil droit avait déjà subi de sévères opérations (chirurgie laser pour décollement de rétine et retrait du corps vitré en 1994, cataracte avec implant correcteur).


Ainsi, tout me revint en  mémoire.

A l'âge de 6 ans, lorsque mes parents ont constaté dans mon cahier que les lignes d'écriture partaient en diagonale, ils m'ont emmené chez l'ophtalmologiste qui a constaté une forte myopie (- 18 dioptries), présente certainement dès la naissance. Il m'a alors prescrit des gouttes inadaptées qui aggravèrent la situation. Un second ophtalmologiste, indigné, déclara : "cela aurait pu amener une décomposition de la rétine. Un mois de plus, elle aurait pu devenir aveugle !". J'ai alors porté des lunettes avec des verres "culs de bouteille" : enfin, je découvrais le monde avec netteté !

 

Après tous ces déboires oculaires, je n'étais pas prête à tout remettre en question par des injections dont mon médecin n'était pas sûr du résultat.

 

Simultanément, je me rendais aux séances de Sonia qui, patiemment, me faisait découvrir les activités  de la Méthode Bates et, étonnée, je m'apercevais que des progrès se mettaient en place.

Ainsi, j'ai vu mon champ de vision s'élargir, la tache brune devenir de plus en plus claire et même celle de mon œil gauche – plus ancienne – se modifier.


Cependant, je dois dire que la voix du corps médical pesait encore lourdement dans mon choix. De plus, les spots télévisés diffusés plusieurs fois par jour me rappelaient que la DMLA était à soigner sans attendre et laissaient entendre que l'on ne pouvait pas la guérir mais seulement arrêter les dégâts.

 

Cela faisait presque 4 mois que les symptômes étaient apparus et que, certains jours, je ne pouvais même pas  lire avec mes lunettes et une grosse loupe. Moi qui adorais lire ! Je ne pouvais plus conduire non plus. La crainte de devenir aveugle me hantait ; cela avait toujours était pour moi le pire des handicaps.

 

Alors : injections ou pas ? J'avais aussi entendu, ici ou là, que ce n'était pas toujours une réussite.  Le bon sens de Sonia m'a permis de sortir de ce dilemme. Elle m'a suggéré de poser la bonne question à mon ophtalmologiste : "Quelle seraient les bienfaits de ces injections ?" Sa réponse fut très décevante : "Lorsqu'il y a le feu dans une maison, on arrose mais on ne sait pas dans quel état sera la maison après ….". Je me suis décidée à annuler mon rendez-vous pour l'injection.  La secrétaire, n'ayant jamais rencontré ce cas de figure, m'a conseillée de venir l'annoncer moi-même au médecin.

Bien lui en a pris ! Ce que j'ai vu et entendu ce jour-là m'a définitivement  décidée à ne pas recevoir d'injection. Car lorsque j'ai expliqué à l'ophtalmologiste que je ne ferai pas l'injection car ma vue s'améliorait et que ma tache dans l'œil se dissipait, il m'a répondu : "Mais c'est normal que l'on voit mieux après la première injection !". Il avait simplement oublié que je n'avais encore jamais reçu d'injection !! Marrant, non ?! !

 

Cela m'a confortée dans mon choix de faire entièrement confiance à la Méthode du Dr. Bates qui déjà portait ses fruits. En plein déménagement et soucis divers, je ne pratiquais pas assez régulièrement les activités préconisées et malgré cela ma vue s'améliorait.

 

C'est avec grand plaisir que j'ai participé au stage d'été de Sonia, car ce fut cinq jours en pleine nature, très sympathiques dans une ambiance amicale et détendue. La pratique régulière des activités a nettement amélioré ma vue.  Ainsi aujourd'hui, je vois les visages avec seulement une toute petite partie floue sur le côté. Je peux lire sans ma loupe et hier soir, le 21 août 2014, j'ai eu la surprise de découvrir que je  vois maintenant les feux tricolores ! Encore un peu de discipline dans la pratique des activités et je suis certaine que je pourrai à nouveau prendre le volant !


Grand merci à Sonia pour sa persévérance, sa foi en la Méthode Bates, sa gentillesse et son amitié.

 

Je vous donne mon numéro de téléphone : 06 17  77 61 72, si vous désirez échanger sur mon témoignage. Et, pour le bien de mes yeux, merci de me téléphoner plutôt que de m'envoyer un message !

 

 

*  *  *  *


Sonia DJAOUI- CENTRE DE YOGA TRADITIONNEL

161, rue Roger Salengro - 37000 TOURS

02 47 37 47 94  -  06 30 28 92 11

sonia.djaoui[at]gmail.com

www.sonia-djaoui-methode-bates.com

www.sonia-djaoui-yoga-37.com

Numéro SIRET : 511 557 985  00021