L'IMPACT DES  LUNETTES

SUR  LES  YEUX

Ce texte se base sur un article  écrit par le Dr. Bates et publié  dans le  "Better Eyesight Magazine", en juillet 1920, sous le titre "what glasses do to us".

 

Ce texte est une traduction / adaptation  de l'article du Dr'. Bates. L'article est beaucoup plus complet.

Vous trouverez le texte original en cliquant sur le lien : www.central-fixation.com/better-eyesight-magazine/better-eyesight-1920-07.php

 

___________________________________________________________________________________________________________

 

S'il est vrai que, pour certaines personnes, les lunettes améliorent la vision et apportent un soulagement à leur difficultés et à leur inconfort, pour d'autres, elles sont tout simplement une torture supplémentaires. Elles apportent toujours des difficultés et, dans le meilleurs des cas, elles ne ramènent jamais la vision à la normale.

 

Le fait que les lunettes ne peuvent pas ramener la vue à la normale peut être très simplement démontré en regardant n'importe quelle couleur à travers un verre fortement convexe ou concave. On notera que la couleur est toujours perçue de façon moins intense qu'à l’œil nu. Et comme la perception de la forme dépend de celles des couleurs, il s'ensuit que les couleurs et les formes sont perçues moins distinctement avec des lunettes que sans. Même les lunettes à verres plans (c'est-à-dire sans correction) diminuent la vision de la couleur et de la forme. Chacun a pu s'en rendre compte en regardant à travers la vitre d'une fenêtre.

 

Le fait que les lunettes soient une difficulté pour les  yeux est une évidence. En effet, il n'est possible de voir avec des lunettes qu'en mettant en place le degré d'erreur de réfraction qu'elles sont censées corriger. Or, quand l’œil est laissé à lui-même, dans un fonctionnement naturel, les erreurs de réfraction ne sont jamais constantes*. Si la vue est améliorée à l'aide de verres correcteurs, cela implique qu'un degré d'erreur de réfraction est constamment maintenue alors qu'en situation naturelle, il serait constamment variable*. On ne peut alors que s'attendre à ce que les lunettes aggravent la condition des yeux. C'est l'expérience de beaucoup. Une fois qu'une personne a porté une première paire de lunettes, leur puissance doit, dans la plupart des cas, être régulièrement augmentée afin de maintenir l'amélioration apportée par la première paire portée.

 

Que les lunettes mettent les yeux en difficulté est un fait que tous les opticiens connaissent. Ils disent toujours à leurs patients qu’ils doivent s’y « habituer ». Parfois, les patients n’y parviennent jamais. …  Il est impossible de remédier aux désagréments des lunettes.

 

Toutes les lunettes contractent le champ de vision à un degré plus ou moins important.

 

Un autre inconvénient - mineur certes mais néanmoins très présent - est la difficulté de garder des verres clairs et propres. Les jours de pluie ou par temps humide, ils se couvrent de buée. Par temps chaud, la transpiration peut avoir un effet similaire. Par temps froid, c'est l'humidité de la respiration qui devient gênante. Ils sont sujets à la saleté, la poussière, les marques des doigts et il est donc pratiquement impossible de les garder propres et de voir parfaitement clair avec les lunettes.

 

Les reflets d'une forte lumière sur les verres des lunettes sont souvent très embêtants et peuvent être source de danger dans la rue.

Le fait que les lunettes peuvent être peu seyantes n’est peut-pas un critère à prendre en considération dans une revue médicale. Toutefois, il faut tenir compte de  l’inconfort mental créé qui n’améliore ni l’état de santé général, ni la vision.

 

* voir au mois de mai, l'article qui traite de la variabilité de la vue : ICI

 

 

  
RETOUR AU "CENTENAIRE du LIVRE du Dr. BATES"

 

___________________________________________________________________________________________________________